La Case
Accueil du site > À LA UNE > ACTUALITÉS > Expérimentation : la non-violence à l’école

Expérimentation : la non-violence à l’école

19/05/2015

Irrespect entre les élèves, insolence avec l’enseignante, violence verbale, tensions et malveillance dans la classe, c’était ma première impression lorsque je suis intervenu dans cette classe de CM1. Une première animation sur la découverte du développement durable pour être animateur dans le Rallye des jardins m’a vite fait comprendre que je ne pouvais continuer avec cette classe sans passer par des séances d’éducation au bien vivre-ensemble. On se coupe la parole, on s’insulte, on se juge, on se maltraite et l’ambiance de classe est plus que néfaste au bien-être et l’épanouissement de chacun. La Case travaille depuis plusieurs années sur l’éducation au respect et au mieux vivre-ensemble, c’est alors l’occasion de mettre à profit notre expérience pour cette classe.

Un recueil de doléances a d’abord permit d’exprimer leur ressenti sur l’ambiance de classe et la pédagogie mise en place, pour faire des propositions d’amélioration au sein de la classe, à la fois de la part des élèves mais également de l’enseignante. Le simple fait de libérer la parole des élèves, d’exprimer leur sentiment d’injustice, d’impuissance et de non prise en compte, a dénoué une tension qui planait au-dessus de la classe.

Lors d’une autre séance et une sélection de problèmes récurrents énoncés par les élèves, ceux-ci ont réfléchi autour de quelques questions : « comment je me sens quand le problème survient et comment j’aimerais que ce problème se résolve ? » Puis la classe s’est divisée en petits groupes réfléchissant sur « la classe idéale ». Deux autres séances étaient centrées sur des réflexions autour de la notion de « respect », avec des jeux de situation de confiance en l’autre, vidéos et scénettes.Un compteur de l’irrespect a été mis en place dans la classe d’après l’idée d’un élève.

Aujourd’hui la classe se prépare à animer le Rallye des jardins avec un stand sur le respect. Le compteur de l’irrespect reste bloqué en bas, les tensions sont redescendues... pour le plus grand plaisir de l’enseignante et des élèves.

L’écoute mutuelle, la remise en question et l’acceptation de nouvelles pédagogies basées sur la non-violence, ça à l’air de fonctionner !

Plus d’informations :

  • Stéphanie Gouret : stepahnie[at]lacase.org
  • Samuel Turakiewicz : samuel[at]lacase.org

Siège social : 1 rue Jean Bullant, 95400 Villiers le Bel - Espace privé - Mentions légales