La Case
Accueil du site > À LA UNE > ACTUALITÉS > La Case soutient le pari des centres sociaux parisiens

La Case soutient le pari des centres sociaux parisiens

18/01/2014

Sous le titre « Paris pour tous, un pari incertain ? », les centres sociaux parisiens s’invitent dans la campagne municipale de la capitale. Notre association ne pouvait rester indifférente à ce plaidoyer eu égard aux valeurs communes que nous défendons depuis plus de 10 ans avec la Maison du Bas Belleville.

Pour celles et ceux qui suivent attentivement les actualités de notre association, nous nous étions déjà engagés dans l’opération « Si on arrêtait tout », au printemps 2007, dont le but était déjà d’attirer l’attention sur les problématiques rencontrées par les centres sociaux. Mais intéressons-nous de plus près aux revendications actuelles de la trentaine de centres sociaux parisiens, celles-ci se déclinant en axes forts :

  • La reconnaissance de leur rôle et, au-delà de celle-ci, la notion clé de partenariat qui s’y joue.
    La prise en charge des loyers qui sont considérables pour Paris alors que la plupart des villes de France les assurent.
  • Le renforcement du financement à hauteur de 60 000 euros, ce qui représente 0,1 % du budget parisien de l’action sociale.
  • Le renforcement des moyens de la Fédération.

Ces revendications se justifient pleinement quand on mesure l’importance des actions menées et le rôle de développement local/social que les centres sociaux jouent tout au long de l’année. En effet, de nombreux projets réalisés facilitent les solidarités de proximité, la lutte contre les discriminations, l’insertion par des dynamiques de chantier, l’intergénérationnel, la lutte contre les phénomènes d’exclusion, l’accès au numérique, l’amélioration du cadre de vie par l’élaboration de jardins partagés et bien d’autres innovations encore. Toutes ces démarches ciblent cet objectif de l’éducation populaire qui nous est cher, celui du pouvoir d’agir pour tous et pour toutes.

Cet objectif est ainsi la clé de nos engagements conjoints avec les centres sociaux et il nous faut le poursuivre inlassablement car certains constats sont alarmants :

  • Les inégalités sociales et les écarts de revenus se creusent entre les parisiens et les centres sociaux en sont les premiers témoins.
  • Le retrait des services publics. La complexité croissante de l’accès aux services publics et la fracture numérique isolent de nombreux parisiens déjà fragilisés, les espaces d’accueils des centres sociaux en mesurent chaque jour l’impact.
  • Paris « Terre d’accueil » se trouve dans l’incapacité de répondre aux demandes d’apprentissage de la langue française quand l’illettrisme touche un parisien sur 10 (source étude Apur 2009). Là aussi les ateliers sociaux linguistiques en mesurent l’impact.

Nous pourrions aussi évoquer les inégalités visant l’éducation, l’exclusion des habitants étrangers, l’accroissement de l’individualisme, ‘l’indifférence du rôle de la vie associative dont sont témoins les centres sociaux parisiens.

Face à ces constats quotidiens, nous ne pouvons rester indifférents et réaffirmons ici haut et fort notre engagement dans la campagne menée par les centres sociaux parisiens car nos valeurs, nos indignations et nos espoirs sont identiques

Bertrand Lecorps
Co-directeur de Lacase
bertrand[at]lacase.org

Pour plus d’informations, un document de 4 pages intitulé Paris pour tous, un pari incertain ? résume les enjeux, demandes et propositions du réseau.
Télécharger ce document

Vous vivez à Paris et partagez nos valeurs de solidarité, de démocratie et de dignité ? Alors soutenez les centres sociaux et socioculturels parisiens en signant la pétition qui sera remise à la nouvelle équipe municipale lors d’un entretien qui lui sera demandé dès son élection. Cliquez ici pour signer.

Siège social : 1 rue Jean Bullant, 95400 Villiers le Bel - Espace privé - Mentions légales