La Case
Accueil du site > Centre de documentation > Ressources en ligne > Revue de presse > Revue de presse septembre-octobre 2012

Revue de presse septembre-octobre 2012

26/09/2012

 Agriculture

Le maïs
Imagine, n°93, septembre-octobre 2012
« Que partagent la polenta italienne, la mamaliga roumaine et la tortilla mexicaine ? La farine de maïs, pardi ! Base alimentaire des populations d’Amérique centrale et d’Afrique de l’Est, le maïs est consommé de façon marginale sur le reste de la planète. Cette céréale, très productive et bon marché, pourrait contribuer à nourrir le monde. Elle est effectivement la plus cultivée, pour alimenter les êtres humains, mais de plus en plus pour alimenter les élevages (50 % de la production) et fabriquer des agrocarburants (15 %).
Le maïs a été acclimaté dans toutes les régions de la planète, à l’exception des plus froides. Cette herbacée, dont les tiges peuvent atteindre trois mètres de hauteur, est une championne de la photosynthèse. Elle transforme la lumière en matière organique avec une efficacité supérieure de 5 % par rapport aux autres plantes, ce qui explique en partie son succès. » En savoir plus / Disponible à La Case


 Consommation

La tentation du slow
Interdépendances, n°86, juillet-août-septembre 2012, pp.22-35 (dossier)
« Dictature du temps réel, nouvelles technologies, consommation zapping, sanctions immédiates des marchés financiers... Le XXIe siècle plonge les hommes et les femmes dans des sociétés de vitesse et d’instantané. Face à ce rythme fou, le mouvement slow invite à changer de cadence. Phénomène éphémère ou transformation sociale plus profonde ? » En savoir plus / Disponible à La Case





 Développement durable

La durabilité à portée de main : 10 ans de La Revue Durable (dossier)
La Revue Durable, n°46, septembre-octobre 2012, pp.8-65
« L’humanité ressemble à un malade atteint de plusieurs pathologies systémiques. La bonne nouvelle est qu’une équipe de médecins compétents et motivés est prête à le guérir. Mais à cette condition expresse : qu’il change de vie ! Qu’il arrête, entre autres, d’intoxiquer l’atmosphère qu’il respire. Qu’il cesse d’empoisonner ses sols et ses rivières. Qu’il renonce aux aliments insipides, pauvres sur le plan nutritif et infestés de chimie. Qu’il mette un terme à la transformation des écosystèmes qui l’entourent en un décor minéral qui le coupe de toute vie enchanteresse. Qu’il cesse, en bref, d’être son propre fossoyeur ! Lire la suite (sommaire)/ Disponible à La Case


J’ai rêvé d’une France 100% renouvelable (dossier)
Terra-eco, n°39, septembre 2012, pp. 42-56
« Fermez les yeux et regardez. Notre pays n’est plus un champion de l’atome et ne dépense plus des milliards en hydrocarbures. Non, il fait désormais confiance à ses habitants et les laisse décider localement des sources d’énergie les mieux adaptées à leur territoire. Et ça marche. Le songe d’une nuit d’été ? Et si c’était vrai ? »

Au sommaire :
-* ENQUETE Plein vent et plein soleil sur l’Hexagone


 Economie

Coopératives : le capital humain (dossier)
Altermondes n°31, septembre 2012, pp.19-34
« C’est à la fin du XIXème siècle que de simples citoyens, subissant de plein fouet les conséquences désastreuses de la crise qui sévissait en Europe, eurent l’idée de mettre en commun leurs faibles moyens pour s’en sortir. Depuis, le mouvement coopératif a essaimé partout dans le monde et est aujourd’hui un acteur incontournable du fonctionnement de nos sociétés.
Ce dossier vous propose de partir aux quatre coins du monde à la rencontre des coopératives qui, parce qu’elles ont préféré parier sur le capital humain plutôt que le capital financier, portent en elles les gènes d’une réelle alternative. » Lire la suite (sommaire et extraits)/ Disponible à La Case


 Education

Eduquer à l’environnement dans les communes
Symbioses, n°95, quatrième semestre 2012, 22p.
« 
La commune... Un monde à échelle miniature, dans lequel habitants et collectivités peuvent participer à la vie politique locale et, peut-être, insuffler un petit quelque chose en matière d’environnement. Un microcosme dans lequel les associations d’Education relative à l’Environnement (ErE) ont un rôle à jouer. A l’approche des élections communales d’octobre 2012, Symbioses consacre son nouveau dossier à cette possible collaboration entre l’ErE et les communes, au travers d’articles de réflexion et d’expériences de terrain menées dans les écoles, par des citoyens, au sein des administrations communales… » Lire la suite (disponible en téléchargement dès la sortie du prochain numéro) / Disponible à La Case


Ecole : ce qui doit changer (dossier)
Alternatives économiques, n°317, octobre 2012, pp. 56-66
« L’école française va mal. Elle est inégalitaire et produit beaucoup trop d’échec scolaire. Il faut dire que le pays a réduit ses dépenses d’éducation et investit particulièrement peu dans le primaire. Formation des enseignants, rythmes scolaires, luttes contre les inégalités…, les dossiers de l’indispensable refondation de l’école sont nombreux. »

Au sommaire :


L’éducation populaire en question(s) (dossier)
Les idées en mouvement, n°200, juin-juillet 2012, pp. 9-13

« Les Idées en mouvement consacre son dossier à l’éducation populaire. Un dossier d’ouverture pour engager le travail sur la problématique de la vie associative, au cœur de notre question de congrès. Ce dossier s’ouvre sur un historique de l’éducation populaire puis propose un panorama des organisations qui revendiquent aujourd’hui leur affiliation à l’éducation populaire. A lire également en ouverture du journal, l’interview de Michel Serres, qui, dans son dernier ouvrage (Petite Poucette) met en lumière les bouleversements intellectuels et politiques introduits par les technologies de l’information et de la communication… » Lire la suite (intégralité du dossier en pdf / Disponible à La Case.



 Environnement

Les dessous de l’économie verte (dossier)
Faim et développement, n°267, juin-juillet 2012, pp. 14-23
Préserver la croissance et le profit des multinationales, tout en protégeant les écosystèmes… telles seraient les vertus de l’économie verte prônée par la nouvelle onusienne Rio+20 pour sauver la planète. Mais faute de remise en cause d’un modèle économique prédateur, notamment pour les pays du sud, et en l’absence de régulation des multinationales, cette économie vise en fait à « marchandiser » la nature.
Pourtant des alternatives existent, qui prennent en compte les intérêts des populations et la préservation des ressources. » En savoir plus / Disponible à La Case


 Habitat

Revivre à la campagne
L’Ecologiste, n° 37, juillet-septembre 2012, pp.21-44 (dossier)
Au sommaire :
- Un choix vital
Grèce : contre la crise, le retour à la campagne - Nicholas Bell p. 22-24
- Une nouvelle vision du monde
L’art de bien vivre selon William Morris - Nicholas Gould p. 25-28
Penser et agir à l’échelle humaine - Paul Kingsnorth p. 29-30
- Dans la pratique
La coopérative, un modèle viable - Robin Murray p. 38-39
Reprendre les choses en main - Matthew Crawford p. 37
L’action d’un maire rural - Josette Fournié p. 40
Dix points clefs - Bernadette Farinelli p. 41-44
En savoir plus / Disponible à La Case


Se réapproprier l’espace public (dossier)
Silence, n°404, septembre 2012, pp. 4-15
« La rue est un espace fascinant. S’y jouent les rapports de force à l’œuvre dans notre société obsédée par le travail, l’argent, la productivité. Au centre, une voie royale pour faciliter le flux des automobiles chargées de convoyer la main-d’œuvre à son travail. Sur les côtés, en marge, les hommes et les femmes debout, aspirés par l’affolante offre de consommation des vitrines. Un espace organisé par et pour les exigences de l’économie et de la croissance. "La rue est vers l’or". »

Au sommaire :

  • Un espace pour tou-te-s ? (de Khaled Gaiji, Elise Ayrault et Bérenger C.)
  • Des espaces pour rendre publique la riposte des classes dominées (entretien avec -* Jean-Pierre Garnier)
  • Se réapproprier l’espace public
  • Quand les féministes prennent la rue (Des féministes à la rue)
  • Les Jardins d’utopie ( de Guillaume Gamblin)
  • Quand la pédagogie sociale transforme l’espace public (de Khaled Gaiji)
  • Un atelier de rue vu du terrain (de Khaled Gaiji)
  • La vidéo surveillance, une technique qui gagne, mais au service de qui ? (de Serge Perrin)
  • Récit d’un voyage (de Bérenger C.)

Lire la suite (édito)/ Disponible à La Case


 Immigration

Algérie des deux rives
Sakamo, n°17, printemps 2012, 45 p.
« Dans ce dossier centré sur les relations franco-algériennes, nous avons tenté que la plupart des parcours, que l’essentiel des sensibilités, y soient exprimés et cohabitent, dans la diversité des histoires familiales, mais en inscrivant toujours le sujet dans une réalité coloniale fondée sur l’oppression et l’inégalité des status qu’il s’agit de rappeler et de critiquer (…) nous avons privilégié l’évocation du cheminement des femmes vers l’autonomie et les parcours des enfants vers le savoir par l’Ecole… »

Au sommaire :

  • Colonisation, un rapport inégal
  • L’école pour tous ?
  • Du village au bidonville
  • Statut des femmes
  • Colons des champs, colons des villes
  • Guerre dans la guerre

En savoir plus / Disponible à La Case


 Nucléaire

Polynésie : l’avenir sous secret-défense
L’âge de faire, n°67, septembre 2012, pp.6-7
« Quinze ans après la fin des essais nucléaires, la communication des autorités françaises sur leurs conséquences reste opaque. Pour les Polynésiens, il est difficile d’envisager l’avenir de manière sereine.
Depuis le commencement des essais, on nous a menti. La population ne croit plus à tout ce qui est dit. Avec ce problème d’effondrement, on ne sait plus quoi préparer pour le futur » témoigne Maoake Brander devant la caméra de Thierry Derouet (1). Maoake Brander habite sur l’île de Tureia, en Polynésie française, à 110 kilomètres au nord de l’atoll de Moruroa. L’atoll de Moruroa où ont été tirés, entre 1966 et 1996, 179 essais nucléaires, dont 137 essais souterrains. En 2011, une étude du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) révélait un risque d’effondrement d’une partie de la couronne de l’atoll, qui pourrait provoquer un tsunami et dévaster l’île de Tureia. Depuis, les 300 habitants de l’île craignent le pire, malgré le discours rassurant des autorités de métropole. » Télécharger en PDF :

Lire la suite / Disponible à La Case


 Médias

Amour, sport et beauté
Médiacritiques, n°4, juillet-septembre 2012, pp.9-26 (dossier)
« Et l’été est encore une saison des amours : les amours entre les journalistes et les politiques sont-elles médiatiquement coupables, et coupables des formes les plus graves de connivence ?
L’été, plus encore que le printemps, est la saison du sport : Euro de football, Tour de France, Jeux Olympiques… Les journalistes de sport peuvent-ils éviter d’être de simples animateurs de spectacles marchands ? Et des amis complices des éminences sportives, comme c’est le cas pour Michel Platini ?
L’été, enfin, et peut-être surtout, impose, du moins dans les magazines, que les normes corporelles d’une hypothétique beauté s’imposent aux hommes qui veulent séduire des femmes-objets et aux femmes qui devraient accepter ce statut. » En savoir plus / Disponible à La Case


La presse écrite a-t-elle un avenir ?(dossier)
Politis, n°1219, du 20 au 26 septembre 2012, pp. 20-24
« Fragilisée depuis le début des années 2000, maintenue sous perfusion par les aides de l’État, la presse écrite, à de rares exceptions près, poursuit sa dégringolade. Sur les points de vente, entre 2007 et 2010, l’acte d’achat a enregistré une baisse sévère de 14,3 %, tous titres confondus. Les journaux ont beau multiplier des unes accrocheuses et provocatrices, répondant aux techniques de marketing, les ventes au numéro continuent de chuter. Au cours des derniers mois, France Soir a disparu. La Tribune s’est tournée vers Internet et a adopté un rythme hebdomadaire. Aujourd’hui, l’Équipe, qui a perdu 65 000 lecteurs en cinq ans, annonce un plan social important, un proj et de réorganisation et d’économies avec une réduction des effectifs de 10 %. » Lire la suite / Disponible à La Case


Internet, cinéma : l’art de manier les foules
Antipodes, n°198, septembre 2012, pp.3-43
« Notre époque connait un regain de foi dans la communication et dans son pouvoir pour transformer la réalité… oute époque a ses certitudes. Son lot de mirages à observer de loin et de résultats à exhiber de près. Dans la coopération au développement, la coopération technique (construisons ensemble des ponts et des chaussées, en bref), l’aide d’urgence (pansons vite avant que cela ne gangrène), le microcrédit (tous entrepreneurs) ont connu leur moment de grâce et leur dose de déceptions.
L’éducation au développement est venue dire qu’il avait erreur à focaliser les problèmes exclusivement dans les pays pauvres, qu’il fallait s’attaquer aussi à l’origine des inégalités qui se trouve au sein des sociétés riches. Que pour modifier les situations dans le Sud il fallait changer la réalité des sociétés riches de manière simultanée. » Lire la suite / Disponible à La Case


 Pédagogie

Guide de ressources 2012-2013 : Pour une éducation aux compétences relationnelles et sociales dès l’enfance
Non-violence actualités, n°324, septembre-octobre 2012, 27 p.

« Pour sa vingtième édition, le Guide de ressources vous présente un ensemble d’outils pédagogiques particulièrement adaptés à vos besoins. Pour la classe, bien sûr, avec des cahiers d’activités couvrant tous les niveaux scolaires, mais aussi pour la famille, en complément des multiples initiatives qui se développent autour de l’aide à la parentalité. Livres et affiches, DVD et jeux de société, mallettes pédagogiques et albums jeunesse… il y en a pour tous les goûts, tous les âges et tous les projets éducatifs en cours ou à imaginer ! Nous avons voulu cette année encore vous faciliter l’accès à ces ressources. Par le site internet, vous pouvez préparer vos commandes et les régler en ligne si vous le souhaitez. » En savoir plus / Disponible à La Case


Classes de découvertes : Quels acteurs ? Quelles finalités ?
Les idées en mouvement, n°202, octobre 2012, pp. 9-13

« Les Idées en mouvement d’octobre abordent la question des classes de découvertes. Plus qu’un simple séjour de vacances, la classe de découvertes permet d’aborder les enseignements scolaires dans un autre cadre, hors l’école, aux côtés d’autres acteurs que les enseignants. Aux intérêts pédagogiques, se mêlent également des intérêts sociaux (apprentissage du “vivre ensemble”) et aussi économiques (une activité qui fait vivre un territoire). Ce qui implique un partenariat entre des acteurs aux ambitions diverses : enseignants, inspections académiques, collectivités, parents, associations… » Lire la suite (intégralité du dossier en pdf)/ Disponible à La Case


 Relations humaines

Faire équipe : pourquoi ? comment ?  : Autonomie & Coopération
Non-violence actualités, n°323, juillet-août 2012, pp. 3-22
« Faire équipe » suppose non seulement de partager un même projet, mais également d’avoir différentes compétences comme savoir écouter les autres, savoir développer des processus de coopération plutôt que de surenchère ou de compétition… On ne peut « faire équipe » que si chacun coopère. Tandis que le groupe se forme quasi spontanément, l’équipe nécessite une organisation, des énergies, des méthodes d’action. L’équipe a également besoin d’une ou plusieurs personnes dont l’autorité et la compétence reconnues vont être facteurs de cohésion et de progrès.
Dans l’entreprise, par exemple, une équipe s’établit sur la base d’un projet commun et d’une mise en œuvre collective. Loin de la simple addition d’actions individuelles, l’esprit d’équipe nécessite la mobilisation de tous pour un dépassement de chacun. Le travail d’équipe implique un partage à la fois des responsabilités et des rôles dans la gestion du projet. Malheureusement, combien de fois ne voit-on pas le beau « projet d’équipe » n’être que l’initiative d’une personne ou la décision de la direction ? Quand les responsabilités sont individuelles, on reste dans le cadre d’un groupe de travail, pas dans un travail d’équipe. » En savoir plus / Disponible à La Case


Siège social : 1 rue Jean Bullant, 95400 Villiers le Bel - Espace privé - Mentions légales