La Case

Revue de presse février 2011

21/02/2011

 Agriculture

Les agriculteurs, chair à poison
Politis, n°1140, du 17 au 23 février 2011, pp.14-15
« De plus en plus de travailleurs agricoles sont reconnus victimes des effets catastrophiques pour la santé des produits phytosanitaires. Mais la profession et l’industrie restent dans le déni.
La famille Chenet va devoir apprendre à vivre sans père. Âgé d’une quarantaine d’années, cet agriculteur est décédé le 15 janvier dernier d’une leucémie. Viticulteur à Ruffec, en Charente, il pulvérisait régulièrement sur ses vignes des fongicides contenant du benzène, une substance inscrite depuis 1973 dans les tableaux de la Sécurité sociale comme pouvant être à l’origine de leucémies. Le lien entre son boulot et sa maladie a été reconnu par la Mutualité sociale agricole (MSA) en 2006, après deux longues années de procédures. » Lire en ligne / Disponible à La Case


Saumon transgénique : A la Frankenstein
Samudra, n°57, novembre 2010, pp. 21-23
Les États-Unis s’apprêtent à autoriser du saumon transgénique, ce qui pourrait avoir des répercussions mondiales. Le 25 août 2010, l’Autorité américaine de régulation des médicaments et des aliments (FDA) des Etats-Unis annonçait qu’elle envisageait de donner son autorisation pour un saumon transgénique destiné à la consommation humaine. Ce serait dans le monde le premier animal transgénique à entrer dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire. Une telle décision poserait de très sérieux problèmes aux communautés de pêcheurs et aux consommateurs aux États-Unis et à travers le monde. Lire en ligne / Disponible à La Case


 Ecologie

Controverses climatiques [dossier]
Courrier de la planète, n°93, janvier-mars 2011, pp.38-58
Longtemps, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a été érigé en modèle d’expertise scientifique permettant de sensibiliser le grand public et de nourrir le processus politique : chacun de ses rapports a correspondu à une avancée dans les négociations internationales sur le climat. En retour, le blocage politique enregistré avant, pendant et après la conférence de Copenhague de décembre 2009 a favorisé la remise en cause du consensus scientifique pourtant largement admis. la révélation d’échanges de mails entre scientifiques du climat (le climategate, analysé dans ce dossier) est venue conforter cette remise en cause et a contribué à jeter le discrédit sur le GIEC. Soudainement placé au centre d’une tempête médiatique de grande ampleur, le GIEC a dû se débattre dans un combat d’arrière-garde pour lequel, par nature, il n’était absolument pas armé. Ce dossier propose une analyse scientifique, journalistique et sociologique de cette affaire qui illustre à merveille la complexité des liens entre science et politique. Lire en ligne / Disponible à La Case


 Economie

Manifeste : repenser le développement
Alternatives économiques, n°299, février 2011, p.46
« Soutenu par des économistes renommés, un texte pose les fondations d’une réflexion nouvelle sur les politiques en faveur du développement.
La crise a montré combien la science économique a besoin d’un renouvellement. Son incapacité, non pas à prévoir, mais seulement à imaginer la possibilité de crises lui a fait perdre sa légitimité aux yeux du public. Celui-ci ne voit plus dans les travaux des économistes que des modèles abstraits, où l’élégance formelle prime trop souvent sur l’utilité de la réflexion, celle-ci n’étant plus guidée que par le seul souci de défendre les vertus supposées innées de marchés libres. » Lire en ligne / Disponible à La Case


Comment l’Europe va-t-elle construire sa croissance ? [dossier]
Confrontations Europe, n°93, janvier-mars 2011, pp.18-37 « La Commission européenne a rendu publiques plusieurs communications à la fin du mois d’octobre 2010. Il s’agit de sujets très importants mais dont le sens et la compréhension par les citoyens n’ont rien d’évident ! La multiplication des textes, des réglementations et mesures envisagées n’a pas fait l’objet d’un engagement politique central susceptible de les éclairer. Ce dossier contribue à essayer de dégager ce sens et à clarifier les enjeux. Il cherche à inscrire ces communications dans la cohérence de l’Acte pour le Marché Unique dont le texte est central : il propose la rénovation du marché intérieur. Sur ce socle, on pourrait réhabiliter l’industrie et créer des emplois, permettre à l’Europe de se placer dans un nouveau monde où les moteurs de la croissance globale sont chez les émergents. Mais ceci exige une solidarité fortement accrue entre les sociétés et les Etats européens. »Lire en ligne / Disponible à La Case


 Education

Alimentation-Consommation : de l’assiette à la terre
Symbioses, n°88, quatrième trimestre 2010, pp. 6-21
« Ce second tome, remet le couvert : des initiatives pour manger durable à l’école ou lors de camps scouts, des restaurants slow-food, des bons plans pour acheter autrement, des projets interculturels ou sociaux autour de l’alimentation… Le tout enrichi, comme toujours, d’actualités, d’outils pédagogiques, de bonnes adresses. » Lire en ligne / Disponible à La Case
Au sommaire
* L’éco-alimentation, un savoureux défi éducatif
* Cuisiner et manger durable à l’école
* La « gamelle scout » saine et locale
* Bons plans de consomm’acteurs
* Diversité culturelle sur la table publique
* Manger durable sans le sou ? (
* Alimentation durable en collectivité
* Sélection d’outils pédagogiques et informatifs
* Sélection d’associations et institutions


Éducation populaire : quand les traditions interrogent l’actualité
Territoires, n°515, février 2011, pp.50-51
« L’éducation populaire a hésité depuis son origine entre éducation du peuple et développement autonomes des peuples. De même, son rapport au territoire peut se lire dans un conflit parallèle entre développement local autogéré et recherche de compétitivité personnelle hors sol. Jean Bourrieau, spécialiste de l’éducation populaire, revient sur des conflits aussi vieux que les enjeux sont actuels. » Disponible à La Case


 Immigration

Roms : ce qu’ils rapportent à la France
Terra eco, n°22, février 2011, pp.20-21
« Aujourd’hui, 400 000 Roms vivent dans l’Hexagone. Arrivés pour la plupart il y a une trentaine d’années, ils sont commerçants, avocats, professeurs ou entrepreneurs. Pourquoi la récente vague d’immigration est-elle écartée du marché légal du travail ?
Dans un pavillon, quelque part en Ile-de-France, un couple de quinquagénaires finit de déjeuner. Puis file au garage automobile qu’il a ouvert il y a quinze ans. Tous les deux sont habitants de Montreuil, français et roms. Après avoir fui le régime communiste de la Yougoslavie dans les années 1980... » Lire en ligne (extraits) / Disponible à La Case
------

 [1]

Siège social : 1 rue Jean Bullant, 95400 Villiers le Bel - Espace privé - Mentions légales